Mission comptable

Seuil de rentabilité

L’activité de l’architecte génère inévitablement un certain nombre de dépenses. Elles constituent les charges de l’entreprise d’architecture. On distingue les charges fixes et les charges variables.

Cette distinction entre coût fixe et coût variable est très importante pour appréhender la rentabilité de l’agence d’architecture.

Qu’est ce qu’une charge fixe pour l’agence d’architecture ?

Une charge fixe correspond à une dépense d’exploitation récurrente sur le plan comptable, c’est-à-dire présente sur plusieurs exercices.

Elle ne varie pas en fonction de l’activité de votre cabinet mais est déduite de vos bénéfices. Vos charges fixes entrent donc dans le calcul du montant exigible de l’impôt.

Exemples de charges fixes :

  • le loyer ;
  • les honoraires de l’expert-comptable ;
  • les abonnements téléphoniques ;
  • la maintenance informatique ;
  • votre rémunération et les salaires de vos éventuels employés…

Qu’est ce qu’une charge variable pour l’entreprise d’architecture ?

Une charge variable correspond à une dépense d’exploitation supportée par l’agence, qui varie en fonction de l’évolution du chiffre d’affaires. Autrement dit, elle est liée au développement de votre activité.

Exemples de charges variables :

  • les sous-traitants architectes ;
  • les autres sous-traitants (photographes, etc.).

Le seuil de rentabilité, également appelé « point mort », correspond au chiffre d’affaires minimum que doit réaliser l’architecte pour couvrir l’ensemble de ses dépenses.

On le calcule de la manière suivante :

CHIFFRE D’AFFAIRES

– CHARGES VARIABLES

= MARGE SUR COUT VARIABLE

– CHARGES FIXES

= SEUIL DE RENTABILITE

L’architecte doit réaliser un chiffre d’affaires supérieur à son seuil de rentabilité pour réaliser des bénéfices.

Une question ?

Lorsque vous nous adressez une demande de contact, nous nous engageons à vous répondre par téléphone ou par email dans les 24h.

  • 01 47 63 17 18

    Veuillez prouver que vous êtes humain en sélectionnant Clé.